la sorciere camilla lackberg

 

Titre original : Häxan

Livre broché, Kindle : Amazon, Actes Sud, Fnac

ligne barre fleur bleue

Avis de Véro :
L’intrigue est bien menée avec 3 périodes : moyen âge, trente ans auparavant et époque actuelle. Roman très très noir.

Avis d’Actes Sud
Dans ce dixième volet, le plus ample et peut-être le plus abouti de la série Fjällbacka, Camilla Läckberg est au sommet de son art.

ligne barre fleur bleue

Extraits :

Le métier d’écrivain exigeait du caractère et de l’autodiscipline et pouvait parfois sembler un peu solitaire.

 

Si Stella avait été une fleur, elle aurait sans doute été une rose. Une gallica. Belle magnifique, pétales à foison.Description de cette image, également commentée ci-après Rosa gallica

 

Etre en vacances avec ses enfants ne devrait pas compter comme des congés, pensa Patrick, c’était un mélange bizarre, tout à fait formidable et complètement éreintant.

 

Comme la plupart, il fallait qu’il arrive quelque chose pour qu’on apprécie chaque seconde passée avec ceux qu’on aime.

 

Comme Dieu, le diable faisait partie de leur quotidien. Une force présente partout, qui cherchait prise pour ses maléfices. Le danger guettait partout, dans l’œil du chat, dans la mer obscure, dans le corbeau sur l’arbre. Satan était aussi réel qu’un père ou un frère, ou le voisin. Qu’on ne puisse le voir à l’œil nu ne le rendait que plus dangereux, et il fallait sans répit s’en garder.

 

La personne qu’elle avait en face d’elle lui faisait l’effet d’une coquille. A la surface lisse et parfaite, mais vide.

 

Erica voyait sa solitude, son manque d’assurance et elle devinait aussi la frustration qui couvait sous son regard insolent. ça n’avait pas dû être facile. De grandir à l’ombre de l’histoire de sa mère. De venir au monde dans une société pleine de chuchotements et de rumeurs qui s’étaient sans doute estompées avec le temps, sans pour autant disparaître.

 

Mais sa conviction était que personne ne naissait mauvais : d’une certaine façon, chacun façonnait son destin, certains comme victimes. D’autres comme meurtriers.