JS Monroe trouvez moi

Titre original : Find me
Date de publication originale : 09/02/2017

Livre broché, Kindle : Amazon, Espace Cuturel, Fnac

Barre oiseau fleur

 

Avis de Clare Makintosh
Un magnifique best-seller

Avis de MJ Alridge
Le meilleur thriller de l'année

Avis de Véro
Ambiance entre paranoïa et faux-semblants - bon thriller mais un peu longuet... on n'hésite pas à sauter des pages...

 

Barre oiseau fleur

Extraits :

Citation de l’auteur :
Bien que je sois vieilli d’avoir tant erré
Par les creux et les collines de la terre,
J’irai découvrir où elle s’en est allée,
Baiser ses lèvres et lui prendre les mains
W.B. Yeats (Poème extrait de la Chanson d’Aengus le Vagabond »

C’est papa qui m’a appris à aimer les papillons. Lorsque l’un d’eux, entré par erreur, ne parvenait pas à sortir de la maison, mon père cessait immédiatement toute activité afin de le libérer.

L’espoir est quelque chose de fragile, intime, pense Jar, facilement anéanti par les autres.

 Comme Jar l’a appris au fil des ans, la paranoïa est une maladie qui vous ronge. Comme de l’acide, elle grignote les contours de la partie rationnelle de son esprit. Mais ce soir, il peut en être sûr : son appartement n’a pas été saccagé par des cambrioleurs.

C’est étrange comme on devine que quelque chose d’affreux se produit avant d’en avoir la preuve empirique. C’est quelque chose dans l’air, peut-être, un goût métallique dans notre bouche.

J’ai prononcé une prière et suis tombée à genoux en regardant autour de moi : silence, incrédulité, larmes. Voilà donc ce que ressentent ceux qui restent, ai-je pensé.

La première page du journal qu’Anton lui a envoyée : « il ne doit pas rester de trace, de traînée blanche dans le ciel de Fenland ».

Jar jette un œil aux plaques de cuivre fixées à côté des portes des maisons géorgiennes qu’il dépasse – bel aperçu de l’hypocondrie et de la vanité des gens aisés : implants dentaires, hypnothérapie et pleine conscience, ablation des varices…

Il n’y a pas de moteur de recherche Google sur le « dark web ». C’est tout le problème.

Le Web caché a tellement mauvaise réputation, poursuit Carl. C’est normal, il grouille d’assassins, de marchands d’armes, de trafiquants de drogue… ils y sont tous.

Mes déprimes deviennent de plus en plus profondes et, chaque fois, je me demande si je parviendrai à rebondir. C’est comme glisser d’une falaise vers une étendue de tissu noir qui n’a pas de limites et m’enveloppe de plus en plus à mesure que je tombe, bloquant la lumière jusqu’à ce que je ne vois plus rien que de l’obscurité et que je ne parvienne plus à respirer.

J’ai toujours pensé qu’espionnage et journalisme allaient de pair : chaque profession consiste à convaincre des personnes de révéler des choses qu’elles ne devraient pas.

Orwell a dit « être journaliste, c’est imprimer quelque chose que quelqu’un d’autre ne voudrait pas voir imprimé. Tout le reste n’est que que relations publiques ». C’est ça, le journalisme, Jar.