Agnes Martin Lugand entre mes mains

Livre Broché, Poche, Kindle : Michel Lafon, Amazon, Decitre, Pocket

Ligne love

Avis de Véro
Très bien écrit – on est captivé dès les premières pages où se mêlent courage, désillusion et manipulation.

Avis de Livressedeslivres.com
C’est une histoire touchante, profondément réaliste et qui nous pousse à réfléchir sur notre propre vie. Les personnages sont attachants, le côté psychologique est vraiment bien travaillé, et surtout, le style de l’auteur est vraiment très agréable à lire.

Ligne love

Extraits :

J’avais trente et un ans, un mari bien plus préoccupé par sa carrière que par sa femme – qui venait de se rappeler que nous devions avoir une famille nombreuse , un travail dont le seul mérite était de m’empêcher de tourner dingue, seule et perdue dans ma grande maison vide. Je n’étais que la femme de Pierre. Rien d’autre. Je savais pertinemment ce que l’on attendait de moi : que je sois une petite femme gentille et docile, souriant béatement aux exploits professionnels de son cher et tendre, et bientôt une mère au foyer exemplaire, enchaînant les grossesses et accompagnant les sorties scolaires. J’entendais déjà ma belle-mère me dire à quel point c’était merveilleux que je sache coudre : « Vous pourrez faire les déguisements pour l’école et la crèche vivante. » Les femmes de médecins n’ont pas besoin de travailler. Je refusais cet archaïsme.

Je hochai la tête. Il tapa un SMS à toute vitesse et reposa son portable sur la table en soupirant. Il me reprit contre lui. J'aurais voulu ne pas pleurer, mais j'échouai. Hors de question de me retrouver une fois encore seule dans notre grande maison, sans lui, parce qu'il courait à l'hôpital. Pas aujourd'hui....

-Tu cherches quoi ? crachai-je.
- Je suis à bout, et... tu ne m'aides pas.
- Et moi ? Je ne suis pas à bout, peut-être ? Je me bats pour sauver notre mariage, tu n'as même pas idée... Je fais face à ton indifférence, à ton manque d'intérêt vis-à-vis de moi, de ma carrière, du truc extraordinaire qui m'arrive à Paris, avec Marthe....

Une phrase de Marthe revenait continuellement:
"Penses-tu sincèrement t'épanouir en faisant des ourlets et des jupes droites pour le troisième âge toute ta vie?"
Telle une Desperate housewife, je comptais les heures en attendant le retour de Pierre chaque soir. Je l'accueillais toujours le sourire aux lèvres. Je n'avais rien à lui reprocher.

Travaille. Existe pour et par toi-même. Ta réussite lui fera comprendre à quel point il a de la chance de t'avoir, et comme par magie, il s'occupera de toi.

Nous étions devenus des étrangers, ne parlant pas la même langue, incapables d'écouter l'autre et de comprendre ses attentes.