jean luc bannalc l inconnu de port belon

Titre original : Bretonisches Stolz - Kommissar Dupins vierter Fall

Livre broché, Kindle : Amazon, Fnac, Decitre

ligne separatrice bannalec

Avis Véro :

Une nouvelle enquête du commissaire Dupin en toile de fond Port Belon réputé pour ses huitres plates et l'histoire de la Bretagne. Policier classique sans véritable intrigue avec des longueurs.

ligne separatrice bannalec

Extraits :

C'est au bout du monde que tout commence, avait-on coutume de dire, "au Finistère". Cette formule typiquement bretonne exprimait fidèlement une conviction largement répandue dans la région.

Le commissaire Dupin l'avait lu récemment, encore, dans quelque journal parisien : "La Bretagne compte deux saisons : la brève saison des averses continues et la la longue saison des courtes pluies.

-Ah ça, c'est avec le lard que tout commence ! Tu fais dorer ton morceau dans un faitout avec un peu de beurre salé, tu ajoutes une touche de miel sauvage... Le lard, c'est le nerf du cassoulet breton, le friko kaol ! Sans oublier les saucisses  fumées, les pommes de terre, les oignons et le chou de Lorient.

Quand il s'agissait d'humour noir, les Bretons n'avaient rien à envier aux Celtes britanniques : "Un vieux Breton rencontre un autre Breton à une réunion de la Guilde : Harryston, mon vieux, toutes mes condoléances. J'ai entendu dire que tu avais enterré ta femme la semaine dernière -Ah, mon ami, il le fallait bien, puisqu'elle était morte."

En vérité, Labat n'était rien de plus que le chien de terrier qu'il avait toujours été. Quand il mordait quelque chose, il ne lâchait pas le morceau.

Quand il était petit, Dupin avait une prédilection pour les huîtres et les ormeaux, dont il collectionnait les carapaces pour en faire des montagnes de coquillages. Il éprouvait également de la sympathie pour le tempérament de ces mollusques. Il avait lu quelque part qu'à l'abri de leur solide coque, elles menaient une vie simple et admirablement paisible : quand elles ne dormaient pas, elles se reposaient ou mangeaient. Leur existence entière -une période de reproduction s'y ajoutait une fois l'an -se réduisait à cette présence modeste et contemplative. Dupin ne pouvait imaginer de destin plus confortable. Même la nourriture venait à elles ! Elles n'avaient rien à faire, le plancton était directement injecté sous leur coquille par le mouvement des vagues. Le fait qu'Aphrodite, la plus belle des femmes et déesse de l'amour, soit née dans une huître ajoutait beaucoup à son charme.

Quand il était plus jeune, il faisait partie d'une équipe de sport celtique. Sa spécialité était l'ar maen pouez, le lancer de poids.

"Be breizh - Sois breton." Une formule magique un mantra sacré qui englobait tout : l'art et la manière d'être breton -un certain regard sur le monde, sur les éléments, les êtres et la vie dans son ensemble. Un message, aussi : celui que la Bretagne avait le pouvoir de vous changer, comme une force primordiale, une promesse, un engagement.

"Abred ne goll gwech ebet. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Les Celtes, peuple téméraire et mystérieux, autour duquel se cristallisaient tant de récits, tant de fables et de légendes : n'importe quel enfant du coin était en mesure de raconter une histoire à leur sujet. Le jour où Vercingétorix déposa les armes aux pieds de César, après la défaite des Gaulois contre les Romains, marqua la fin de la dernière nation celte du continent -à l'exception, bien sûr, du petit village d'irréductibles qui allait acquérir une notoriété mondiale. Les populations des îles furent leurs seules à subsister. Sur la plus grand d'entre elles, les Britanniques furent brutalement écrasés par des barbares germains, les Saxons et les Angles, au Ve et au VIe siècle. Certains se retirèrent dans le nord de l'Ecosse et en Iroland, d'autres quittèrent définitivement la "Grande Bretagne" et s'en retournèrent en "Petite Bretagne" deuxième terre celte.

 

ligne separatrice bannalec

A voir : Jean-Luc Bannalec - un été à Pont Aven