memoire d'un poilu breton ambroise harel

epreuve de la grande guerre

barre separatrice poilu breton harel

recit exceptionnel memoire poilu breton

Extraits.

Mon arrivée au régiment (117e R.I)

Le 18 décembre 1914, j'étais incorporé au 117e R.I.. En arrivant à la gare du Mans, quelques gradés en tenue de service nous attendaient, nous les "bleuet", pour nous conduire aux casernes du quartier "Chanzy". Nous étions ensemble trois "pays". Je fus versé à la 25e Compagnie et les autres aux 29e et 32e....

Le contingent de la classe 1915, au 117e, était composé d'un thiers de Mayennais, Sarthois et Normands, un tiers de Bretons et un tiers de Parisiens. Ces derniers employaient trop souvent le "système D"... avec les naîfs campagnards, toujours punis parce qu'il leur manquait quelque chose. Ils pouvaient agir ainsi, les chefs de chambrée étant presque tous de Paris.

Le matin, nous avions le réveil à 5 heures, rassemblement à 5 heures et demie et départ à l'exercice, en civil pendant 15 jours ; à 10 heures et demie, retour pour la soupe, ensuite épluchage des pommes de terre. A midi, nous repartions de nouveau jusqu'à 5 heures et demie du soir. Pas une minute de répit ; c'était la guerre, il fallait en mettre !

barre separatrice poilu breton harel

A voir : Ambroise Harel - lecture mémoires d'un poilu breton

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer