coutume autrefois le mai d'amour

Source : Le Grand Almanach de la Bretagne 2017

Dans une bonne partie de la Cornouaille, la nuit du 30 avril au 1er mai était parfois attendue avec angoisse par les jeunes filles, car elles étaient l'objet d'un jugement sans complaisance de la part des jeunes gens.

 

Aux portes, aux fenêtres, sur le toit des filles les plus appréciées, on accrochait, de nuit et dans le plus grand secret, une grosse branche verdoyante ou fleurie, un beau bouquet de fleurs, qu'on agrémentait quelquefois d'un petit cadeau ou d'un billet doux, quand celles qui avaient déplu étaient victimes de plaisanterie d'un mauvais goût parfois douteux :

le mai d'amour

Les filles au mauvais caractère avaient droit à tout ce qui pique (houx, ajouc, ronces, chardons....) ;

Les mauvaises langues au fumier et au crottin de cheval ;

Les peu dégourdies à une branche de bouleau agrémenté d'un vieux sabot, d'un vieux sceau éculé, d'un chou de vache ;

Les veilles filles à une branche fanée ;

Les filles volages étaient particulièrement visées et recevaient une branche et un nid contenant des petits chats, une branche avec des pettites poupées....

 

muguet-2

 

A voir également : Le mai d'amour - Parole de Théodore Botrel - Musique de Paul Delmet

Enregistrer

Enregistrer