Eric le narbour la louve de lorient

Date de publication : 12/11/2011

Format broché, Kindle : Decitre, Fnac, Amazon

ligne separatrice

Avis de Véro :
Histoire de famille captivante !

Avis de Calmann-lévy
Rivalité fraticide au sein d'une dynastie d'armateurs bretons.... Au fil d'un suspense qui tient en haleine jusqu'à la dernière page, il brosse avec La Louve de Lorient une peinture de moeurs à la fois réaliste et sensible des grandes familles bretonnes dans l'entre-deux-guerres.

ligne separatrice

Extraits :

Damien s'engagea dans l'escalier. Des éclats de voix, des appels, des sonneries de téléphone, le raclement des chaises sur le plancher composaient une symphonie loyale et rassurante. Des odeurs d'encasutique se mêlaient à celle, plus fade, de l'encre, à des arômes de café et parfois même, lorsqu'il faisait chaud, à des relents de sueur. Tout cela donnait le sentiment d'une ruche dont le bourdonnement régulier affectait les nerfs mais pour les stimuler plutôt que pour les mettre à vif.

Mathilde ! la bonne fée, l'égérie ignorée, l'incourtournable infirmière dans l'âme, celle dont les yeux trendres, semblables à deux lacs sombres et paisibles, débordaient de compassion...

Resserrer les liens entre les hommes est le meilleur moyen d'éviter une nouvelle hécatombe. Tant que les élites garderont le sens des réalités et sauront mettre leurs ambitions au service d'une entente commune, nous ne risquerons rien.

Plusieurs fois, il avait faillé mourir. Pourtant ce n'était pas la peur qui l'avait envahi mais bien plutôt une paisible et froide sérénité.

Un Dieu bienveillant n'aurait pas permis cette hécatombe, ce monstrueux et inutile corps à corps où rien de ce qui était proprement humain ne pouvait longtemps résister à ce dilemme : tuer ou être tué, sauver sa peau à n'importe quel prix, fouler aux pieds tout ce qui'l y avait de noble en l'homme pour écraser un ennemi factice abreuvé des mêmes mots d'ordre imbéciles, des mêmes concepts meurtriers de nation, de patrie, de religion.

Au fond de son ventre, la bête, dérangée dans son sommeil, s'était remise à l'ouvrage et Damien percevait ses coups sourds, semblables à ceux que l'on frappe à la porte du malheur.

Pierre a beaucoup d'idées, intervint Damien. -Mais il ne suffit pas d'avoir des idées, il faut aussi les réaliser... -Il n'est pas interdit de rêver avant d'agir, répliqua Pierre d'un ton ironique. les plus grandes découvertes scientifiques se sont faites en rêve, les plus grands explorateurs ont rêvé de leurs voyages avant de prendre la mer. -C'est vrai, confirma Anna, ne dit-on pas d'ailleurs que la vie est un rêve ?
Exact, laissa tomber froidement Damien en fixant son cadet, mais tu oublies une chose : le rêve peut aussi tourner en cauchemar.

-Je ne sais, dit Anna, si je suis ou si vous êtes un sujet d'analyse. Mais je crois que c'est toute notre famille qui devrait être analysée. Peut-être saurions-nous enfin pourquoi nous n'arrivons pas à nous parler franchement et à nous dire si nous nous aimons ou si nous nous détestons... pourquoi nous sommes des îles que rien ne parvient jamais à rapprocher.

Leur histoire était devenue pareille à ce ciel de grisaille qu'elle comtenplait au-dessus de Saint-James Square de la fenêtre de leur chambre d'hôtel. Ni belle ni laide. Seul l'argent la sauvait de la banalité mais la fortune, elle non plus, ne pouvait préserver indéfiniment de l'ennui ou de l'amertume.