nora roberts l'ultime refugeDate de parution : 06/05/1999

Titre original : Sanctuary - Amazon

Sanctuary is a safe haven for Jo Ellen Hathaway. It is her family's island home off the coast of Georgia, where she grew up with her brother Brian and sister Alexa. Although Sanctuary also carries emotional burdens for Jo Ellen. Her beloved mother disappeared 20 years ago never to be heard from again. Her father withdrew from his family in mourning, Jo Ellen escaped the island and became a successful photographer. Suddenly she is being stalked by someone sending her pictures of her mother, Jo Ellen realizes her mother is dead. After suffering an emotional breakdown, Jo Ellen retreats to Sanctuary.

Roman broché ou livre de poche : Amazon - Fnac - Decitre

l ultime refuge nora roberts

Note de Véro :

Une famille brisée et chacun des membres surmonte à leur manière l'absence d'un être chère.

L’auteur nous plonge au cœur de l’île, ses forêts, ses plages, ses marais…un lieu propice au calme, à la sérénité et à l’amour, qui s’oppose au côté angoissant de la situation vécue par le personnage principal. Un bon suspens qui ne prend fin que dans les dernières pages.

l ultime refuge nora roberts

Extraits :

"Sur le perron baigné de soleil, elle respira profondément. Il fallait qu'elle s'en sorte seule. Sinon, elle partirait.
Oui mais pour aller où? Une vague de désespoir la submergea. Où peut-on aller quand on a quitté le dernier refuge qu'il vous restait? Lentement, elle descendit les marches du porche et s'immobilisa, hésitante. En réalité, elle se sentait bien trop fatiguée pour aller où que ce soit.
Elle se dirigea vers le hamac suspendu à l'ombre de deux chênes verts et s'y installa en s'y pelotonnant comme dans le sein d'une mère.
Parfois, les chauds après-midi d'été, elle y retrouvait Annabelle et se glissait à son côté pour se blottir au creux de son épaule. Sa mère lui racontait des histoires qu'elle écoutait avec délices. Annabelle sentait bon, sa peau était douce. Et elles se balançaient toutes deux en regardant les rayons du soleil filtrer entre les feuilles.
Les arbres étaient beaucoup plus grands, à présent. Ils avaient vingt ans de plus. Jo aussi.
Mais où était Annabelle?"

Le but ultime de mon travail, c’est de capturer l’instant décisif, cette brève et fugitive seconde où tous les éléments, toute la dynamique d’un sujet atteignent leur apogée. C’est au moment de la mort que tous ces paramètres se retrouvent le mieux réunis. Le photographe doit alors faire preuve d’un contrôle absolu de ses émotions pour saisir sur la pellicule ce qu’il a planifié et mis en scène. Par cet acte suprême, le sujet et l’artiste ne font plus qu’un, l’auteur devient lui-même un élément de l’image qu’il a créée.

Je ne veux tuer qu’une seule femme et intervenir uniquement au moment décisif. Cette femme, je l’ai choisie entre toutes. Elle s’appelle Annabelle.

Peu de gens connaissaient la légende de l’étalon noir. Elle datait du temps où l’île était encore occupée par des chevaux sauvages. On racontait alors qu’il existait un gigantesque étalon à la robe d’ébène qui parcourait le bois à une vitesse vertigineuse. Celui qui réussirait à le capturer, à sauter sur son dos sans tomber, verrait tous ses désirs se réaliser. Toute son enfance, Brian n’avait eu qu’une seule obsession : attraper et chevaucher l’étalon noir. Je n’ai jamais tout à fait abandonné cette idée, répliqué Brian.

Respect ton matériel, Nate. Un jour, tu souhaiteras peut-être gagner ta vie en prenant des photos, voyager à travers le monde, explorer des horizons lointains. Apprends à regarder et alors tu verras beaucoup plus de choses que les autres. Même si tu choisis un autre métier, tu désireras malgré tout fixer les moments importants de ton existence, des moments qui n’appartiendront qu’à toi. Ecoute-moi, mon garçon, et regarde comment je m’y prends. Avec la photographie, tu ne perdras jamais ton temps ! »