Mosaïques de lectures et d'images

23 juillet 2017

Proverbe breton : Il y a ceux dont l'arrivée vous rend heureux....

proverbe breton

ligne breizh

Il y a ceux dont l'arrivée vous rend heureux

Et teux dont le départ vous rend heureux.

Proverbe Breton

 

Enregistrer

Posté par vero2529 à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 juillet 2017

M.C Beaton - Agatha Raisin enquête - Pour le meilleur et pour le pire (Tome 5)

pour le meilleur et pour le pire mc beaton

Titre original : Murderous marriage

Paru en france le 31/5/2017

Livre borché, kindle : Albin Michel, Amazon, Fnac

ligne agatha raisin

Avis Véro :
Comédie policière British. Agréable à lire. Excellent 5ème tome)

ligne agatha raisin

Extraits :

Agatha le regarda, surprise. "Qu'est-ce qui te prend ? - Je n'ai rien écrit, dit-il, et il alla s'asseoir à son ordinateur qu'il alluma. Agatha haussa les épaules et monta. L'amour allait et venait parfois par accès, comme la grippe, mais elle était pour l'instant libre de toute infection et espérait le rester de façon permanente. Elle redescendit en sifflotant le petit air qu'elle avait entendu Bill siffler en partant. James dardait sur l'écran de son ordinateur un regard mauvais.

Ouvrez les yeux, enfin ! Ceux d'Agatha s'étrécirent. "Je commençais à vous trouver sympathique. Mais vous ne l'êtes pas. Je suis contente que vous quittiez Carsely. Vous n'êtes pas à votre place ici. -C'est vrai que pour être à sa place ici, il faut avoir de la gétaline à la place du cerveau. - Il y a des gens brillants dans les Cotswolds ! des écrivains. -Des bonnes femmes ménopausées qui se délectent à regarder des sagas débiles où ça polissonne au presbytère ? Des octogénaires branlantes qui vous font des compositions de fleurs séchées et de mauvaises aquarelles avec des airs de prout-ma-chère ?

La conversation était décousue. Agatha promena son regard autour d'elle. Qu'ai-je fait ? se demandait-elle. Comment ai-je jamais cru croire que je m'intégrerais ici ? Je reste étrangère. Je ne suis pas née dans un village, mais dans un taudis de Birmingham où les arbres et les fleurs étaient des choses qu'on arrachait dès qu'elles osaient pointer le bout de leur nez. L'anonymat de Londres avait finalement du bon. Peut-être Bill Wong viendrait-il me rendre visite de temps en temps.

ligne agatha raisin

M.C Beaton - Agatha Raisin enquête - la quiche fatale (tome 1)

M.C Beaton - Agatha Raisin enquête - remède de cheval (tome 2)

M.C Beaton - Agatha Raisin enquête - Pas de pot pour la jardinière (tome 3)

M.C Beaton - Agatha Raisin enquête - Enquête mortelle (Tome 4

Enregistrer

Enregistrer

18 juillet 2017

Jean-Luc Bannalec : L'Inconnu de Port Bélon - la quatrième enquête du Commissaire Dupin

jean luc bannalc l inconnu de port belon

Titre original : Bretonisches Stolz - Kommissar Dupins vierter Fall

Livre broché, Kindle : Amazon, Fnac, Decitre

ligne separatrice bannalec

Avis Véro :

Une nouvelle enquête du commissaire Dupin en toile de fond Port Belon réputé pour ses huitres plates et l'histoire de la Bretagne. Policier classique sans véritable intrigue avec des longueurs.

ligne separatrice bannalec

Extraits :

C'est au bout du monde que tout commence, avait-on coutume de dire, "au Finistère". Cette formule typiquement bretonne exprimait fidèlement une conviction largement répandue dans la région.

Le commissaire Dupin l'avait lu récemment, encore, dans quelque journal parisien : "La Bretagne compte deux saisons : la brève saison des averses continues et la la longue saison des courtes pluies.

-Ah ça, c'est avec le lard que tout commence ! Tu fais dorer ton morceau dans un faitout avec un peu de beurre salé, tu ajoutes une touche de miel sauvage... Le lard, c'est le nerf du cassoulet breton, le friko kaol ! Sans oublier les saucisses  fumées, les pommes de terre, les oignons et le chou de Lorient.

Quand il s'agissait d'humour noir, les Bretons n'avaient rien à envier aux Celtes britanniques : "Un vieux Breton rencontre un autre Breton à une réunion de la Guilde : Harryston, mon vieux, toutes mes condoléances. J'ai entendu dire que tu avais enterré ta femme la semaine dernière -Ah, mon ami, il le fallait bien, puisqu'elle était morte."

En vérité, Labat n'était rien de plus que le chien de terrier qu'il avait toujours été. Quand il mordait quelque chose, il ne lâchait pas le morceau.

Quand il était petit, Dupin avait une prédilection pour les huîtres et les ormeaux, dont il collectionnait les carapaces pour en faire des montagnes de coquillages. Il éprouvait également de la sympathie pour le tempérament de ces mollusques. Il avait lu quelque part qu'à l'abri de leur solide coque, elles menaient une vie simple et admirablement paisible : quand elles ne dormaient pas, elles se reposaient ou mangeaient. Leur existence entière -une période de reproduction s'y ajoutait une fois l'an -se réduisait à cette présence modeste et contemplative. Dupin ne pouvait imaginer de destin plus confortable. Même la nourriture venait à elles ! Elles n'avaient rien à faire, le plancton était directement injecté sous leur coquille par le mouvement des vagues. Le fait qu'Aphrodite, la plus belle des femmes et déesse de l'amour, soit née dans une huître ajoutait beaucoup à son charme.

Quand il était plus jeune, il faisait partie d'une équipe de sport celtique. Sa spécialité était l'ar maen pouez, le lancer de poids.

"Be breizh - Sois breton." Une formule magique un mantra sacré qui englobait tout : l'art et la manière d'être breton -un certain regard sur le monde, sur les éléments, les êtres et la vie dans son ensemble. Un message, aussi : celui que la Bretagne avait le pouvoir de vous changer, comme une force primordiale, une promesse, un engagement.

"Abred ne goll gwech ebet. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt.

Les Celtes, peuple téméraire et mystérieux, autour duquel se cristallisaient tant de récits, tant de fables et de légendes : n'importe quel enfant du coin était en mesure de raconter une histoire à leur sujet. Le jour où Vercingétorix déposa les armes aux pieds de César, après la défaite des Gaulois contre les Romains, marqua la fin de la dernière nation celte du continent -à l'exception, bien sûr, du petit village d'irréductibles qui allait acquérir une notoriété mondiale. Les populations des îles furent leurs seules à subsister. Sur la plus grand d'entre elles, les Britanniques furent brutalement écrasés par des barbares germains, les Saxons et les Angles, au Ve et au VIe siècle. Certains se retirèrent dans le nord de l'Ecosse et en Iroland, d'autres quittèrent définitivement la "Grande Bretagne" et s'en retournèrent en "Petite Bretagne" deuxième terre celte.

 

ligne separatrice bannalec

A voir : Jean-Luc Bannalec - un été à Pont Aven

Posté par vero2529 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juillet 2017

14 juillet 2017 - Ambroise Harel : Mémoires d'un poilu breton - témoignage sur la vie des poilus, les tranchées, les combats

memoire d'un poilu breton ambroise harel

epreuve de la grande guerre

barre separatrice poilu breton harel

recit exceptionnel memoire poilu breton

Extraits.

Mon arrivée au régiment (117e R.I)

Le 18 décembre 1914, j'étais incorporé au 117e R.I.. En arrivant à la gare du Mans, quelques gradés en tenue de service nous attendaient, nous les "bleuet", pour nous conduire aux casernes du quartier "Chanzy". Nous étions ensemble trois "pays". Je fus versé à la 25e Compagnie et les autres aux 29e et 32e....

Le contingent de la classe 1915, au 117e, était composé d'un thiers de Mayennais, Sarthois et Normands, un tiers de Bretons et un tiers de Parisiens. Ces derniers employaient trop souvent le "système D"... avec les naîfs campagnards, toujours punis parce qu'il leur manquait quelque chose. Ils pouvaient agir ainsi, les chefs de chambrée étant presque tous de Paris.

Le matin, nous avions le réveil à 5 heures, rassemblement à 5 heures et demie et départ à l'exercice, en civil pendant 15 jours ; à 10 heures et demie, retour pour la soupe, ensuite épluchage des pommes de terre. A midi, nous repartions de nouveau jusqu'à 5 heures et demie du soir. Pas une minute de répit ; c'était la guerre, il fallait en mettre !

barre separatrice poilu breton harel

A voir : Ambroise Harel - lecture mémoires d'un poilu breton

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2017

Ambroise Harel : Mémoires d'un poilu breton

memoire d'un poilu breton ambroise harel

En attente de la corvée de soupe - Verdun - 1917

barre separatrice poilu breton harel

recit exceptionnel memoire poilu breton

"Mémoires d'un poilu breton" est un récit exceptionnel. Authentique paysan breton, originaire de Langon en Ile-et-Vilaine, Ambroise Harel part en août 1914 pour une guerre que tous prévoient fraîche, joyeuse... et courte.

L'hécatombe des premiers combats de cette fin d'année 1914 annonce toute l'horreur dans laquelle des millions d'hommes vont être broyés.

Dans un style extraordinairement vivant et précis, le jeune Ambroise Harel (Soldat d'infanterie classe 1914) nous entraîne dans les méandres et les errements d'une guerre impitoyagle. De l'avis de spécialistes de l'histoire de la Première Guerre Mondiale, les mémoires d'Ambroise Harel sont incontestablement d'une richesse et d'une vérité rares.

barre separatrice poilu breton harel

paysan de t cheu nou

Ce livre retrace les cinq années de guerre d'un paysant breton. Un paysan de "t'cheu nou", du pays gallo qui entoure la ville de Rennes. Ambroise Harel était un homme simple qui avait vécu cette guerre et tenait à la faire partager. Il décide donc de coucher sur le papier tous les moments forts, d'espoir ou de détresse qi ont émaillé ces cinq longues années passées au front puis en captivité en Allemagne.

barre separatrice poilu breton harel

temoignage poilus tranchées

Ce récit, tour à tour effrayant, drôle et poignant, est un témoignage de tout premier ordre sur la vie des poilus, les tranchées, les combats, les conditions incroyables où chacun tente de vivre au quotidien tout en essayant de sauver sa peau. Ce livre, j'ai voul le faire sortir de l'oubli pour que la vie de soldat d'Ambroise Harel porte témoignage

barre separatrice poilu breton harel

Quelques extraits :

L'on raconté qu'un boche avait été fait prisonnier d'une façon assez comique ; il s'était trompé de communication et était tombé dans notre tranchée avec deux ustensiles de cuisine. Nos veilleurs, en cet endroit, étaient épars et le premier qui le vit s'enfuit de toutes ses jambes. Le boche se mit à courir après en criant "Kamarad !", ce qui continua de l'effrayer ; bientôt, il en trouva d'autres qui furent heureux de le voir venir. C'est pas banal.

Les travaux de nuit dans les lignes furent plus pénibles. D'abord, les boyaux étaient pleins d'eau et de boue à cause du mauvais temps, ensuite nous fûmes soumis à des mamitages fréquents. Une nuit que j'étais sur le bled, à la recherche d'un dépôt de matériel qui m'avait été indiqué, je m'empêtrai dans un réseau des fils de fer et, dans l'obscurité, je ne pouvais plus m'en sortir ; pendant ce temps, il tombait autour de moi une quantité d'obus de 77, il en tombait comme grêle ! L'un d'eux me passa à quelques centimètres de l'épaule pour éclater à un mètre de moi.

Enregistrer


03 juillet 2017

Les 2 sonneurs du Régiment de Guingamp à la une du Journal d'Illustration le 03 juillet 1915

la bombarde et le biniou bretons sur le front

« La bombarde et le biniou bretons sur le front ».

L’Illustration. Paris, France. 1915. Collection MuCEM (52.110.12), clichÈ A. Pelle (86.63.12)

Le 3 juillet 1915, un couple de sonneurs appartenant au 73e régiment d’infanterie territoriale de Guingamp faisait la une du magazine L’Illustration. Cent ans plus tard, ce cliché symbolise toujours la participation de la Bretagne à la Première Guerre mondiale.

Un court article, intitulé La Marche au biniou, expliquait que « le colonel d’un régiment territorial du front, formé de Bretons — Breton lui-même, et portant le plus breton des noms — a eu l’inspiration d’adjoindre à sa « clique », à ses tambours et à ses clairons, les deux instruments favoris de la vieille Armorique : un biniou, une bombarde, cette sorte de musette si sonore. »

La suite sur "Bodadeg ar Sonerion"

 

partition biniou

la marche au biniou

biniou-breton-bretagne-musique-instrumen

La marche au biniou

Le colonnel d'un régiment territorial du front, formé de Bretons - breton lui-même, et portant le plus breton des noms- a eu l'heureuse inspiration d'adjoindre à sa "clique", à ses tambours et à ses clairons, les deux instruments favoris de la vieille Armorique : un biniou, une bombarde, cette sorte de musette si sonore. Il avait sous la main les instrumentistes, qui sont nombreux en Bretagne. Peut-être même, en prévision des heures de repos, ces deux braves, avaient-ils apporté avec eux leurs instruments, afin d'évoquer, dans la paix relative du cantonnement, à leurs accents nasillards, accompagnés en basse grave par le canon tout proche, les souvenirs du pays mélancolique, les longues sonneries sur la lande, au couchant, et les danses graves et quasi hiératiques de là-bas, les "dérobées" qui sont à la tumultueuse farandole ce qu'est la plainte du goéland au sifflement allègre du merle. Si bien que désormais, comme les Ecossais suivent leurs bag-pipes, c'est au son de la bombarde et du biniou paré de rubans où le tricolore s'enlace au vent à l'hermine héraldique de Bretagne, que le régiment marche au feu. Et Dieu sait si les Bretons y vont

partition biniou

Articles de journal trouvés sur "Alsace, terre de musique et de musiciens"

 

biniou bombarbe et tambours du 73e territorial

de bon coeur ! pour ne pas parler que de la division dont fait partie le régiment en question, nous dire qu'elle s'est glorieusement comportée depuis le commencement de la campagne, et qu'elle a été citée à l'ordre de l'armée. Tou récemment, la narration officielle de la prise du saillant de Quennevières notait que l'assaut avait été donné "par quelques bataillons, zouaves, tirailleurs, Bretons". A maintes autres reprises, on a décerné ainsi une note d'honneur à des régiments provenant de telle ou telle province. Il est assez curieux de voir, de cette sorte, grâce au recrutement régional qui groupe dans les mêmes corps des hommes originaires des mêmes terroirs, reparaître les noms des anciennes divisions territoriales de la vieille France, divisons qui n'étaient effacées qu'administrativement, arbitrairement, on peut le dire, et dont les noms persistaient, malgré tout, dans le langage courant. En faisant entendre chaque jour à ses Bretons les musiques qui leur sont chères, qui leur rappellent leur commune origine le colonnel qui eut cette intelligente initiative tend à renforcer en leurs coeurs cette idée qu'en luttant pour la grande France, c'est encore la quiétude et le bonheur de leur lointaine petite patrie qu'ils défendent ; il rattache plus intimement la fidèle et pensive Bretagne à la commune mère, dont elle partagera la gloire triomphale après avoir partagé ses dures épreuves.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

30 juin 2017

Camilla Grabe : Un cris sous la glace

un cri sous la glace camilla grebe

ligne separatrice camilla grebe

Date de parution en Suède : 2015

Titre original : Älskaren från huvudkontoret

Livre broché, Kindle : Calman-Levy, Amazon

ligne separatrice camilla grebe

Avis de Véro :
Bon thriller suédois d’une violence inouïe. Histoire à 3 voix, celle d’Emma, de Peter et d’Hanne.

Avis de Kirkus
Un tour de force qui catapulte Camilla Grebe parmi les meilleurs auteurs de polars nordiques.

Avis de Skånska Dagbladet
Un thriller captivant sur les aspects les plus sombres de l’amour. 

ligne separatrice camilla grebe

Extraits :

Longtemps auparavant, chez le jeune policier que j'étais, fraîchement nommé à la section homicide, l'annonce d'un assassinat éveillait toujours une sorte de gaité. La mort était synonyme de mystère qu'il fallait résoudre, démêler comme une pelote de laine enchevêtrée. Car on pouvait toujours élucider l'affaire, la clarifier. Il suffisait d'avoir de l'énergie, de la persévérance et de savoir tirer sur les bons fils au bont moment. La réalité n'était rien d'autre qu'un tissu complexe de ces fils. En résumé : on pouvait la maîtriser, l'ordonner.

D'un point de vue historique, la décapitation a été utilisée pour punir les crimes les plus graves. L'expression "peine capitale", vient du latin caput qui signifie "tête". Cette peine existe encore aujourd'hui en Arabie saoudite. En suède, la dernière décapitation date de 1900, mais dans plusieurs pays européens on pouvait y être condamné pendant une grande partie du vingtième siècle. On estime que plus de quinze mille individus ont été décapités en Allemagne et en Autriche entre 1933 et 1945. Dans plusieurs pays européens, on considérait traditionnellement qu'il était plus glorieux d'être décapité que pendu ou condamné au bûcher, par exemple et cette méthode d'éxécution était réservée aux nobles et aux soldats. Or, dans d'autres cultures, comme en Chine, c'était vu comme un opprobre. Les Celtes coupaient la tête de leurs ennemis et la suspendaient à leur cheval. Après les combats, les têtes étaient embaumées et conservées pour être ensuite exposées -ce qui indignait les Romains, pour qui les Celtes étaient des barbares. Mais pour les Celtes, il était naturel de décapiter leurs ennemis, car la tête représentait la vie, l'âme, elle-même.

Jesper me disait souvent qu'il était exposé, qu'on pouvait diviser les personnes autour de lui en deux catégories : les béni-oui-oui, qui ne le quittent pas d'une semelle, et les autres, qui s'évertuent à saboter son travail en toute circonstance. Habituellement, les gens se présentaient comme des alliés avant de lentement devenir des saboteurs lorsqu'ils n'obtenaient pas de sa part la récompense escomptée.

Je crois que j'ai perdu l'espoir de voir un jour le Groenland. Parce que je ne sais pas si j'oserai partir pour un tel voyage toute seule. Pas maintenant, à un moment où la maladie me guette à tous les coins de rue, menace de m'avaler, comme la mer a avalé Sedna dans la légende. La belle mais vaniteuse jeune Inuite Sedna s'était enfuie de chez son père avec un oiseau marin pour devenir sa femme. L'oiseau lui avait promis qu'il la conduirait dans un pays merveilleux : elle n'aurait jamais faim, leur tente serait fabriquée ave les plus beaux cuirs et elle se reposerait sur de douces peaux d'ours. Or, arrivée à destination, la jeune fille vit que la tente était faite de vieilles peaux de poisson qui laissaient passer le froid et le vent, elle dut dormir sur des peaux de morse rigides et on ne lui donna à manger que des reliefs de poisson. Le printemps venu, son père alla rendre visite à sa feille et la trouva désespérée et épuisée au pays  des oiseaux de mer. Il tua son beau-fils et repartit avec Sedna dans son kayak. Mais les oiseaux se vengèrent. Ils créèrent une tempête violent et le père fut obligé de sacrifier sa fille à la mer pour apaiser les volatiles. Il la jeta par-dessus bord dans l'eau glaciale et, comme elle refusait de lâcher le bateau, il lui coupa les doigts l'un après l'autre. les phalanges tombèrent dans la mer et se transformèrent en baleines et ne phoques. Enfin, Sedna fut engloutie et elle devint souveraine -la déesse de la mer. L'ancienne légende de Sedna met bien entenu en garde les jeunes Inuits conte le danger d'être vaniteux et de ne pas obéir à son père, mais elle traite aussi du caractère inflexible des éléments. Tout ce que nous sommes incapables de contrôler mais que nous devons respecter pour ne pas être engloutis. Quand à moi, j'ai beau avoir de quoi manger et un lit chaud où me coucher tous les soirs, la maladie est là, malgré tout, prête à me dévorer. A faire de moi sa souveraine dans l'existence vide et dépourvue de souvenirs qui m'attend.

 

Enregistrer

Posté par vero2529 à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2017

Poésie : A la sauce aux fruits - Recette Gourmande - Gilles Barraqué

à la sauce aux fruits

ligne a la sauce aux fruits

A la sauce aux fruits

 

L’autre jour (je ne me rappelle plus la datte, mamangue est rentrée du travail avec les jambes en compote (son métier, c’est de coller des prunes, c’est-à-dire des amandes, aux bananes qui se garent mal).

Aussitôt, elle m’a raconté une histoire complètement tarte.

« Ecoute ça, Clémentine : dans un coing du square Olivier-Machin (un célèbre avocat), je vois un chat tout pelé qui s’apprête à cueillir un drôle d’oiseau (orange, avec la prunelle des yeux pistache).

L’oiseau mange des graines près du bassin, sans se casser le citron ; il n’aura sûrement pas le temps de faire un zeste ; pas de quartiers, le chat  lui fera la peau et le mettra en marmelade !

Petit pépin : au moment où le chat saute, café l’oiseau ?

Il s’est envolé pour se percher en haut d’un mûre !

Résultat ? Plouf, au jus, le chat !

Il a failli se noyer !

Cerise sur le gâteau, il est ressorti tout marron !

Si, c’est vrai, gelée vu ! »

Hi, hi, hi, au régime, le chat !

J’imagine ce coco tout déconfit !

Epi zut, bien fait pour lui, il n’avait qu’à pas ramener sa fraise.

 

Tiré "une histoire à toutes les sauces" - Recette Gourmande

Gilles Barraqué

ligne a la sauce aux fruits

une histoire a toutes les sauces

ligne a la sauce aux fruits

A voir également : A la sauce aux gâteaux

ligne a la sauce aux fruits

A voir également : A la sauce calligramme

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juin 2017

Gil McNeil - les tricoteuses du bord de mer

gil mcneil trictoteuses du bord de mer

Date de parution : 2007

Titre original : Divas don't knit

Livre broché, poche, kindle : Amazon, City, Decitre

ligne livre tricoteuse

 

Avis de Véro :
Amusant,  très facile à lire. Préparez vos aiguilles et vos laines ! Attention : aucune intrigue, aucun suspens.

Avis de Ruth Rendell :
Une comédie émouvante sur l’amour vrai20/06/2012 et le fait d’être femme et mère

Avis Cosmopolitan
Une comédie chaleureuse et merveilleuse

ligne livre tricoteuse

 

Extraits :

Les enfants m'ignorent royalement et se mettent à se taper dessus. Je suppose que c'est le bon moment pour sortir La Petite Liste maternelle de menaces appropriées.

-Celui qui pousse son frère sera privé de télé. Pas une seule émission. Mais il y aura des dessins animés pour le plus intelligent des deux. Il y a un instant de grâce tandis qu'ils considèrent la proposition. Si j'ajoute une pincée de compétition, je peux avoir une chance.

Madame Parrish est adorable, mais j'en ai marre des gens qui prennent ce ton de voix, tu vois, du genre qui te fait sentir que tu es la victime d'une catastrophe et que tu vas sans doute disjoncter d'une seconde à l'autre....-ben, c'est plutôt tragique, non ? tu ne peux pas dire le contraire. Ton mari fonce droit dans un abre juste au moment où il vient de décrocher un super travail et que tu vas enfin avoir un peu de fric pour t'amuser. Et, à ce moment-là, tu découvres qu'il a pris une hypothèque sans rien te dire et que tu dois vendre la maison pour aller vivre au milieu de nulle part et travailler dans l mercerie de ta grand-mère. Tu crois que tu peux faire mieux question catastrophe...

Tu ne peux pas te contenter d'une tranche de bacon. Ce n'est pas un déjeuner digne de ce nom alors que tu as tant à faire. Je fais te faire un oeuf. Un sac vide ne tient pas debout. Ce n'est pas ce qu'on dit ?

C'est l'un de ces mariages silencieux où les gens se côtoient pendant des années sans jamais prononcer un mot, un peu comme s'ils vivaient dans une cocotte-minute à feu très doux. Peu à peu, les aliments se transforment en purée molle, continuant à mijoter pendant des siècles, oubliés sur le feu, jusqu'à ce que le couvercle explose et que vous vous retrouviez avec des pâtés de navet sur tout le plafond de la cuisine.

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2017

Poésie : Rencontres virtuelles - 06 Le cuisinier

06 le cuisinier

ligne cuisinier

 

Les rencontres virtuelles
6. le cuisinier

Il faudrait peut-être que je rencontre un cuisinier
Il mettait les petits plats dans les grands
J'aurais ainsi une chance que la sauce prenne
Et puis ne dit-on pas que :
"Chaque marmite finit par trouver son couvercle".

ligne cuisinier

Les rencontres virtuelles - 01. le pompier
Les rencontres virtuelles - 02. l'électricien
Les rencontres virtuelles - 03. le journaliste
Les rencontres virtuelles - 04. Le diamantaire
Les rencontres virutelles - 05. Le fonctionnaire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,