Mosaïques de lectures et d'images

22 septembre 2017

Proverbe : Saison de chute et fin de l'été, balayeur de feuilles ou été-hiver.

saison de chute et fin de l ete

Saison de chute et fin de l'été
Balayeur de feuilles ou été-hiver

~~~~~~~~~

Diskar-amzer ha dilost-hañv,

skub-dekioù hañv-goañ.

 

Enregistrer

Posté par vero2529 à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


20 septembre 2017

Fiona Barton : la veuve

Fiona barton la veuve

Titre original : The widow

Livre broché, epub : Fnac, Amazon, Amazon kindle, Fleuve Editions

 

ligne separatice la veuve

Avis de Véro
Un bon thriller psychologique ! La veuve est une femme très complexe : à la fois, soumise, naïve ou futée, touchante.

Avis du Télégramme – Anne Lessard
On y entend les versions d'une cachottière (Jane), d'une manipulatrice (la journaliste) et aussi la voix de l'intégrité, celle de l'inspecteur, humble mais obstiné, doutant toujours mais ne renonçant jamais, jusqu'au dénouement. Un polar fascinant !

Avis de France Bleu Besançon
Un roman tout en trompe-l’oeil, […] un ouvrage absolument incroyable.

ligne separatice la veuve

Extraits :

Tout journaliste qui se respecte dispose de sa propre technique d’approche. Un de ses amis rencontré lors de sa formation en usait de ce qu’il appelait sa « mimique de chiot de fourrière » pour attirer la sympathie ; une autre accusait son rédacteur de l’envoyer importuner les gens ; et une fois, une de ses collègues avait même glissé un coussin sous son pull pour simuler une grossesse et demandé à utiliser les toilettes comme stratagème pour entrer. Pas le style de Kate. Elle suivait ses propres règles….

Apparemment, la retraite lui offrait peu d’occupations, tout comme à son épouse, Susan, et il appréciait le pouvoir qu’un bloc-notes et une ronde nocturne lui procuraient.

Il se demanda avec quelle rapidité le nom de Jane Taylor allait ressortir et il souhaitait prendre un peu de temps afin d’y réfléchir lui-même. Jane était une femme peu commune. Il se rappelait la première fois qu’il l’avait vue, la stupeur sur son visage, les questions délicates, les réponses inébranlables. Il avait la certitude qu’elle couvrait Glen et avait attribué son comportement à une loyauté aveugle, mais son implication s’arrêtait-elle là ?

Par automatisme, l’inspecteur avait eu un mouvement de recul –sur son siège et dans sa tête. Ce qui l’ennuyait, ce n’était pas tant que Fry soit plus malin que lui, c’était la confiance que le jeune homme affichait dans la justesse de son raisonnement. Voilà ce que ça donne d’étudier à l’université. « Fichues études supérieures, entendait-il maugréer son père. Une foutue perte de temps. C’est bon pour ceux qui ont du fric et rien à faire. »

A partir du moment où ils sont en tête-à-tête, tout est possible. Entre adultes consentants, ça ne pose pas de problème, mais certains jeunes se sont fait piéger ou manipuler, photographier dans des poses explicites, via la webcam. Le prédateur peut ensuite les faire chanter pour qu’ils accomplissent d’autres actes. Des jeunes vies gâchées, ajouta Fry.

Mais je ne peux pas faire ça, n’est-ce pas ? Je suis aussi coupable que lui. Garder un secret procure une étrange sensation. C’est comme une pierre qui pèse dans mon ventre, qui broie mes entrailles et me donne envie de vomir chaque fois que j’y pense. Mon amie Lisa me décrivait sa grossesse en ces termes ; le bébé qui pousse tout, autour de lui, pour s’installer à son aise. Qui prend possession de son corps. Mon secret est pareil. Quand il se fait trop envahissant, je redeviens Janie pour un temps et prétends que le secret appartient à quelqu’un d’autre.

Les mensonges les plus simples sont les plus difficiles à prononcer, curieusement. Les plus gros semblent sortir avec naturel de ma bouche. « Glen ? il a quitté la banque car il avait d’autres ambitions. Il souhaitait démarrer sa société de transport. Il voulait être son propre chef. » Facile. Mais les petits mensonges – « je ne peux pas venir prendre un café car je dois aller chez ma mère » me collaient au palais et me faisaient bégayer et rougir. Lisa n’a pas eu l’air de remarquer au début, en tout cas si elle l’a vu, elle l’a bien caché. Nous vivions tous dans mon mensonge désormais.

-Il pleut toujours pour les enterrements, dit-il. Quelle journée affreuse. C’est bizarre, les enterrements. Comme les mariages, je trouve. Un rassemblement de gens qu’on ne voit qu’à ces occasions, s’échangeant des nouvelles autour d’un buffet, ceux qui rient et ceux qui pleurent. Même ici, aux funérailles de Glen, j’entends un de ses vieux oncles pouffer discrètement avec quelqu’un.

Enregistrer

Posté par vero2529 à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 septembre 2017

Proberbe breton : le roitelet aime toujours son toit et le petit coin de son pays.

le roitelet aime son toit

Le roitelet aime toujours son toit et

le petit coin de son pays.

-------------------

Al laouenan a gara tao

E doenn ha kornig e vro.

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

10 septembre 2017

Lettre à mon chien connecté (source le telegramme)

 

Salut l'asticot,

barre-chienbarre-chien

 

je ne suis pas sûr que tu lises ces quelques lignes mais puisque tu sens tout avant moi, tu sais déjà de quoi je vais parler. De tes vacances d'abord, où tu as rencontré nombre de tes congénères puisque la Bretagne, avec sa météo climatisée et ses confortables espaces, est une terre d'accueil pour le toutourisme estival. Et on y fait de belles rencontres. Comme ce jour où l'un de tes potes traînait, au bout de sa laisse, un estivant qui m'en apprit sur vos incroyables capacités nasales. Il paraît qu'à vue de nez, vous êtes capables de sentir des dizaines de messages olfactifs déposés par d'autres congénères, la patte en l'air.

capacite nasale chien

barre separatrice chiens

Si je comprends bien, vous avez inventé Facebook quelques millénaires avant nous et vous passez régulièrement relever la boîte et laisser un petit mot pour les suivants. En trois petites gouttes qui sont vos 140 signes à vous.

barre separatrice chien

Tu veux que je te dise : j'en arrivais à croire que ta vessie était une vraie citerne de vidange, avec ta manie de te soulager tous les trois mètres. Ben non, ce que je prenais pour de l'incontinence aiguë n'est autre qu'un besoin pressant de laisser des messages et d'en réceptionner. T'es accro aux rézosocios, mon canard, et l'avantage pour vous, quadrupèdes connectés, c'est que, même à la campagne, vous avez du réseau.

chien patte en l'air

barre separatrice chiens

Et je comprends mieux maintenant pourquoi tu insistes tant pour aller te soulager sur les pneus des voitures. J'y voyais une appétence particulière pour le moelleux du caoutchouc. Cornichon que je suis : c'est pour élargir ton réseau que tu recherches le Michelin longue distance. Et j'imagine que les épagneuls bretons exilés à Paris, ça doit leur faire du bien de recevoir ainsi des niouzes du pays, par pneumatiques.

dessin de nono chien facebook tweet

Mais tu veux que je te dise, il y a des choses que je ne comprends pas bien. Pour ta petite déjection, comme disent les arrêtés municipaux, je te choisis un petit coin sympa avec de la terre et un peu d'herbe. Tu renifles, tu évalues, tu supputes, tu tergiverses et finalement tu renonces. On part. Et on n'a pas fait vingt mètres que, comme le bar au bout de la ligne, tu tires sur la laisse et tu m'en lâches une sournoise, juste devant une porte. Et ça, c'est quoi, p'tit saligaud ! Tu viens d'envoyer un tweet ?

sac en plastique


©Texte de René Perez trouvé sur Le Télégramme

Posté par vero2529 à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 septembre 2017

Proverbe : mieux vaut sagesse que richesse

mieux vaut sagesse que richesse

Mieux vaut sagesse que richesse.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

Gwell eo furnezh eget pinvidigezh.

Posté par vero2529 à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


03 septembre 2017

Proverbe : Qui ne sait obéir ne sait pas commander

qui ne sait pas commander

Qui ne sait obéir

ne sait pas commander.

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

An hini ne oar ket sentiñ ne

oar ket gourc'hemenn.

Posté par vero2529 à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 août 2017

Françoise Le Mer : les âmes torses

francoise le mer les ames torses

 

Date de parution : 24/10/2013

Poche : Amazon, Decitre, Palémon Editions

barre les ames torses

Avis de Véro :

Bonne intrigue policière

barre les ames torses

 Extraits :

Prenez le cas de Blaise Pascal, par exemple. On ne peut pas dire de lui qu'il sentait le soufre. Grand savant et serviteur de Dieu devant l'Eternel, il s'est tout de même arrangé pour faire embastiller un autre mathématicien qui allait divulguer un peu avant lui la machine à calculer ! Aucune jouyeuseté de ce pieux philosophe, il a fait condamner au supplice de la roue le malheureux curé de Meudon de l'époque, sous le fallacieux prétexte que ce pauvre bougre se demandait naïvement de quelle nature était le lait de la Vierge, étant donné qu'elle était l'Immaculée Conception. ça vous laisse réveur, non ?

Rester sourd, ça n'a pas que des inconvénients ; on n'entend pas tout le monde se plaindre !

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 août 2017

Bernard Larhant : les galets de Treguennec

bernard larhant les galets de treguennec

barre separatrice galets treguennec

Date de parution : 07/06/2010

Livre poche : Amazon, Fnac, Decitre

barre separatrice galets treguennec

Avis de Véro :

Pleins de suspens sur un fond historique "l'usine à galets des nazis" pendant la seconde Guerre Mondiale

le camp todt à treguennec en 1943 wikipedai yvan marzin

©Photo Archive Yvan Marzin (Wikipédia)

barre separatrice galets treguennec

Extraits :

Une fille, finalement, c’est un peu comme un temps d’avril en Bretagne, quand en une fraction de seconde, le soleil laisse place à un gros nuage, parfois même à un grain violent, avant de réapparaître dans l’instant qui suit.

Coluche disait dans l’un de ses sketches que tous les hommes étaient égaux. Blanc ou noir, riche ou pauvre, beau ou moche. Il précisait cependant que pour celui qui naissait noir, pauvre et moche, ce serait quand même plus dur.

Voilà pourquoi j’ai requis sa présence sur le plateau de mon téléfilm : celui-ci parle, comme son titre l’indique, des chargements de galets qui quittaient par trains entiers la plage de Tréguennec pour construire les blackhaus du Mur de l’Atlantique, dans le cadre de l’organisation Todt.

Yann Melen est l’appellation bretonne du cormoran jaune. C’était aussi le nom de code choisi par le chef d’un réseau bigouden de résistance.

C’est au cours de l’année 1942 que l’organisation Todt décide d’ouvrir une usine pour exploiter le gisement de galets de Tréguennec. Imaginez, avant la guerre, sur les douze kilomètres de grève, s’étendait un cordon de galets pouvant atteindre centre mètres de largeur et cinq mètres de hauteur. De quoi alimenter les chantiers de construction des blockhaus et autres casemates devant constituer  une partie du Mur de l’Atlantique, de Brest à Royan….

Le monde moderne ne concasse pas juste des galets, il broie aussi les idéaux et les gens qui les portent.

Vous savez, monsieur Vergne, on a tous nos combats, nos conflits, nos résistances, nos maquis,  nos actes héroïques et nos viles trahisons, quelque que soit l’époque. J’ai appris de ma petite expérience qu’aucune rancune ne méritait le déclenchement d’une guerre. Qu’un conflit ne faisait des petits perdants et de gros perdants, jamais de gagnants !

Vous restez fidèle à votre logique de vengeance, sans chercher à situer les événements dans le climat malsain de l’époque ; parfois, la raison pousse deux êtres qui s’adorent à s’éloigner l’un de l’autre, car leur amour est non seulement impossible, mais en plus dangereux à révéler

 

Enregistrer

Posté par vero2529 à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 août 2017

Jacques Prévert "Barbara"

jacques prevert il pleuvait sur brestjpg

pluie nuage

"Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

Et tu marchais souriante

Epanouie ravie ruisselante

Sous la pluie...

Sur ton visage heureux

Sur cette ville heureuse

Cette pluie sur la mer

Sur l'arsenal

Sur le bateau d'Ouessant"

 

pluie nuage

a brest, la pluie appelle la joie

A Brest, la pluie appelle la joie !!!!

 

Enregistrer

Posté par vero2529 à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2017

Pierre-Jakez Helias - le cheval d'orgueil

livre per jakez helias

village

Per Jakez Hélias, le "quêteur de mémoire"

Né le 17/02/1914 à Pouldreuzic, il mourut à Quimper le 14/08/1995.

carte le pays bigouden

village

Preface Per jakez helias

village

trop pauvre que je suis

Trop pauvre que je suis pour acheter un autre cheval,

du moins le Cheval d'Orgueil aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie.

Alain Le Goff l'Ancien

village

 

TROP PAUVRE QUE JE SUIS POUR ACHETER

village

Une lourde stèle de bronze à l'effigie de l'écrivain breton (artiste Toulhoat),

Per Jakez Helias au pied des remparts à Quimper en hommage à P-Jakez Hélias

derriere rempart pierre jakez helias

stele artiste toulhot

stele en bronze pierre jakez helias

by night

village

fresque per jakez helias

Réalisation par les Graffeurs Sébastien Flaux, alias Sabio et Steven Keravec

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par vero2529 à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,